AllumГ©s les postes de tГ©lГ©vision,
VerrouillГ©es les portes des conversations,
OubliГ©s les dames et les jeux de cartes,
Endormies les fermes quand les jeunes partent.
BrisГ©es les lumiГЁres des ruelles en fГЄte,
Refroidi le vin brГ»lant les assiettes,
EmportГ©s les mots des serveuses aimables,
Et disparus les chiens jouant sous les tables.
DГ©chirГ©es les nappes des soirГ©es de noce,
OubliГ©es les fables du sommeil des gosses,
ArrГЄtГ©es les valses des derniers jupons,
Et les fausses notes des accordГ©ons.
C'est un hameau perdu sous les Г©toiles,
Avec de vieux rideaux pendus Г  des fenГЄtres sales,
Et sur le vieux buffet sous la poussiГЁre grise,
Il reste une carte postale.
GoudronnГ©es les pierres des chemins tranquilles,
RelevГ©es les herbes des endroits fragiles,
DГ©sertГ©es les places des belles foraines,
AssГ©chГ©es les traces de l'eau des fontaines.
OubliГ©es les phrases sacrГ©es des grand-pГЁres,
Aux Гўtres des grandes cheminГ©es de pierre,
EnvolГ©s les rires des nuits de moissons,
Et allumГ©es les postes de tГ©lГ©vision.
C'est un hameau perdu sous les Г©toiles,
Avec de vieux rideaux pendus Г  des fenГЄtres sales,
Et sur le vieux buffet sous la poussiГЁre grise,
Il y reste une carte postale.
EnvolГ©es les robes des belles promises,
Les ailes des grillons, les paniers de cerises,
OubliГ©s les rires des nuits de moissons,
Et allumГ©es les postes de tГ©lГ©vision.




Ваше мнение



Капча