J'ai reзu ta lettre
Et de ma fenкtre
Quand je les ai vus t'emmener
Ma tкte s'est voыtйe

Les pleures que j'avais sur les mains
S'essoufflaient courant vers les tiens
Qui se refermaient derriиre toi
En йtouffant tout ce qui restait de ma voix

Des sentiments bвtards
A caresser le ciel
Ou encore а flirter les trottoirs
Me poussent vers Viertel
Pour essayer de te revoir
Pour ne pas bluffer mon espoir
Je me cogne la tкte au mur
Et j'irrite mes larmes sures
Sur son armure

Et puis je serre les dents
Crois-moi, ne l'oublie pas, compte sur moi
Embrasse nos parents
Dis-leur que je suis leur enfant

Et de ma fenкtre
Je t'йcris ma lettre
J'ai trop de mal а m'endormir
Et si mon sang dйvire
C'est le fumйe que je respire
Et qui me pousse а revenir
Du cфtй de Viertel
En espйrant que tu passeras par le ciel

Et quand je me sens fort
Je parle aux miradors
Et si je sais qu'ils te surveillent
C'est qu'ils tuent mon sommeil
En m'empкchant de t'embrasser
En йclairant ce pauvre baiser
Que je t'envoie par courrier
De ce cфtй de BERLIN qu'ils t'ont enlevй

Il faut que je serre les dents
Crois-moi, pardonne-moi, si je ne viens pas
Embrasse nos parents
Crie-leur que je suis leur enfant.




Ваше мнение



Капча